conjuration

conjuration [ kɔ̃ʒyrasjɔ̃ ] n. f.
• 1160 « serment »; lat. conjuratio
1(fin XIIe) Rite, formule pour chasser les démons ( adjuration, 2. charme, exorcisme), et par ext. Pratique magique pour combattre ou orienter les influences maléfiques. Il « voyait bien qu'elle faisait une conjuration au feu follet » (Sand).
2(1470) Entreprise concertée secrètement contre l'État, le pouvoir, par un groupe de personnes que lie un serment. complot, conspiration. Le chef ( conjurateur) , les affiliés ( conjuré) d'une conjuration. « Le prince était l'âme, sinon le chef, d'une vaste conjuration » (Mérimée). La conjuration d'Amboise. Par ext. (1559) Action concertée de plusieurs personnes. coalition, ligue . Conjuration contre qqn. La conjuration des mécontents. C'est une conjuration ! Adj. CONJURATOIRE .
⊗ CONTR. Maléfice, sortilège.

conjuration nom féminin (latin conjuratio, -onis) Entreprise concertée secrètement entre des personnes liées par un engagement solennel pour renverser le pouvoir établi ; complot, conspiration : Fomenter une conjuration. Littéraire. Action menée conjointement contre quelqu'un, quelque chose, pour leur nuire, pour les détruire. Action d'écarter, de conjurer, par des moyens magiques, les effets d'une influence maléfique ; paroles magiques destinées à cet effet. En magie blanche, ensemble de prières et d'exorcismes destinés à mettre en fuite le démon ; en magie noire, action d'évoquer le démon. ● conjuration (synonymes) nom féminin (latin conjuratio, -onis) Entreprise concertée secrètement entre des personnes liées par un engagement...
Synonymes :
- manoeuvres
- menées

conjuration
n. f.
d1./d Association en vue d'exécuter un complot contre l'état, le souverain. La conjuration de Catilina.
d2./d Par ext. Conspiration, cabale.
d3./d Pratique de magie destinée à exorciser les influences néfastes.

I.
⇒CONJURATION1, subst. fém.
A.— Formules pratiques, magiques pour détourner des influences maléfiques. On fit des conjurations avec pompe (Ac. 1835-1932). En partic. Exorcismes pour éloigner le démon.
B.— P. ext.
1. Pratiques magiques. Les conjurations d'un sorcier (QUENEAU, Pierrot mon ami, 1942, p. 104).
Action consistant à employer ces pratiques; résultat de cette action. Formules de conjuration. On aperçoit plus clairement sur quels mécanismes psycho-physiologiques reposent les cas (...) de mort par conjuration ou envoûtement (C. LEVI-STRAUSS, Anthropol. struct., 1958, p. 183).
2. Action d'éloigner un danger quelconque. On payait cher la conjuration du feu au moulin de la place (POURRAT, Gaspard des Montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 290).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932.
II.
⇒CONJURATION2, subst. fém.
A.— [L'idée de base est celle d'une association fondée sur un serment] Machination ourdie par un groupe d'individus, liés entre eux par un serment de fidélité, en vue de renverser le pouvoir en place. La conjuration de Catilina, la conjuration d'Amboise; tremper dans une conjuration :
1. ... le bureau de Malvy, place Beauvau, et celui de son directeur de la S.G., Leymarie, étaient le centre d'une conjuration contre la nation.
L. DAUDET, Bréviaire du journ., 1936, p. 156.
B.— P. ext. Action menée conjointement et dans le plus grand secret par plusieurs personnes contre quelqu'un ou quelque chose. L'âme de la conjuration. On croirait voir une conjuration de valets pour écarter les maîtres (CHAMFORT, Maximes et pensées, 1794, p. 41).
P. méton. Cette vaste conjuration du capital contre le travail (PROUDHON, Système des contradictions écon., t. 2, 1846, p. 72).
Rem. Peut aussi se dire d'une action entreprise en faveur de quelqu'un :
2. Il eut un moment l'espérance de surprendre Bordeaux, où se tramait une conjuration en faveur des Français; mais elle fut découverte.
BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 2, 1821-24, p. 353.
P. métaph. ou au fig. Coalition de forces naturelles. La conjuration des éléments (Ac. 1878-1932) :
3. Mais une conjuration obscure des habitudes et des pensées de son séjour dans le village coupé du monde, dans la maison du « Mont-Cervin » où s'était organisée à son insu sa nouvelle solitude, se nouait déjà autour d'elle, et, sourdement, la retenait.
PEYRÉ, Matterhorn, 1939, p. 192.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. 1160-74 « serment » (B. DE STE-MAURE, Chron. Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 8650), à nouv. 1537 ds HUG.; 2. 1470 conjuration « complot contre le pouvoir établi » (H. Br. IV, 320b ds BARTZSCH, p. 152); 1559 « action concertée de plusieurs personnes contre quelque chose ou quelqu'un » (AMYOT, Lucul., 85 ds LITTRÉ). B. 1. fin XIIe s. conjuration « pratique pour combattre les influences maléfiques » (St Gilles, éd. G. Paris et A. Bos, 2920); 1690 spéc. conjuration « exorcisme » (FUR.); 2. 1594 « prière, supplication » (G. DU VAIR, Actions et traictez oratoires, éd. R. Radouant, VIII, 353, p. 158), RICH. le considère comme sorti de l'usage. Empr. au lat. conjuratio class. « alliance; complot »; médiév. « adjuration » et « formule magique » (NIERM.), à rapprocher de conjurer A 1, 2; cf. l'a. fr. conjuroison (dér. de conjurer avec traitement pop. du suff. -atione) attesté aux sens B 1 (1160 B. DE STE-MAURE, Troie, 1359 ds T.-L.), B 2 (ID., ibid., 26940, ibid.) et A 2 1180 (Rois, éd. E. R. Curtius, p. 86, 14).
STAT. — Conjuration1 et 2. Fréq. abs. littér. :226. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 443, b) 333; XXe s. : a) 169, b) 302.

conjuration [kɔ̃ʒyʀɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. V. 1160, « serment »; lat. conjuratio, du supin de conjurare.
1 (1470). Entreprise concertée secrètement contre l'État, le souverain, par un groupe de personnes que lie un serment. Complot, conspiration. || La conjuration de Catilina, de Pison. || La conjuration d'Amboise. || Une vaste, une dangereuse conjuration. || Le chef et l'âme ( Conjurateur), les affiliés ( Conjuré), le plan, le déroulement, le secret d'une conjuration. || Fomenter, monter une conjuration. || Entrer dans une conjuration. || Étouffer, réprimer une conjuration.
1 (…) vous (Henri IV) avez été exposé à tant de conjurations qu'enfin on vous a fait périr.
Fénelon, Dialogue des morts, XVI, in Littré.
2 Les conjurés n'avaient formé de plan que pour la conjuration et n'en avaient point fait pour la soutenir.
Montesquieu, Grandeur et Décadence des Romains, XII.
3 Tandis que les conjurés de Pison temporisent entre l'espérance et la crainte, la conjuration se découvre et ils périssent tous.
Diderot, Claude et Néron, I, in Littré.
4 (…) le prince était l'âme, sinon le chef, d'une vaste conjuration.
Mérimée, Hist. du règne de Pierre le Grand, p. 194.
5 (…) il n'y a guère que la fureur religieuse qui explique l'audace d'une conjuration où l'on ne compte que six affidés.
Mérimée, Hist. du règne de Pierre le Grand, p. 94.
6 Dans sa bouche, la réunion assez inoffensive de l'autre soir devenait une conjuration en règle, et à brève échéance, contre l'ordre établi.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, XIX, p. 204.
REM. Conjuration, comme conspiration, s'emploie surtout en parlant d'un contexte historique.
(1559). Action concertée de plusieurs personnes. || Conjuration contre le règlement, contre un chef de service. Brigue, cabale, coalition, ligue. || La conjuration des mécontents. || Conjuration en faveur de… || C'est une conjuration !
7 On n'aurait encore obtenu qu'une partie de ce qu'on peut espérer d'une conjuration d'hommes éclairés en faveur du progrès des sciences.
Condorcet, Sur l'Atlantide, in Littré.
Fig. et littér. || La conjuration des éléments : l'union des forces naturelles, notamment dans leur déchaînement (orage, tempête…).
2 (Fin XIIe). Rite, formule pour chasser les démons ( Adjuration, charme, exorcisme); pratique magique pour combattre ou orienter les influences maléfiques. Conjurer (II.). || Faire une conjuration pour écarter les esprits maléfiques.
8 (…) il (le général russe Platof) n'en fit pas moins fustiger devant tous les cosaques le sorcier qui l'accompagnait, l'accusant hautement de paresse pour n'avoir pas détourné les balles par ses conjurations, comme il en était expressément chargé.
Ph.-P. Ségur, Hist. de Napoléon, VII, 5, in Littré.
9 Il avait entendu sa chanson, et voyait bien qu'elle faisait une conjuration au feu follet, lequel dansait et se tortillait comme un fou devant elle et comme s'il eût été aise de la voir.
G. Sand, la Petite Fadette, XII, p. 93.
Fait d'utiliser ces formules ou ces pratiques. || « Mort par conjuration ou envoûtement » (Lévi-Strauss, in T. L. F.).
Fait d'éloigner un élément maléfique. || « La conjuration du feu au moulin de la place » (H. Pourrat, in T. L. F.).
3 (1594). Vx. Prière instante. Adjuration, supplication.
CONTR. (Du sens 2) Maléfice, sortilège.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • conjuration — CONJURATION. sub. fém. Conspiration, complot contre l État, contre le Prince. Horrible conjuration. Faire une conjuration. Tramer une conjuration. Découvrir une conjuration. Une conjuration formée. Il étoit de la conjuration. Tous ceux qui… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • conjuration — Conjuration. s. f. v. Conspiration, complot pernicieux contre l Estat. Horrible conjuration. detestable conjuration. faire une conjuration. descouvrir la conjuration. c est une conjuration formée. il estoit de la conjuration. tous ceux qui… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Conjuration (EP) — Conjuration EP by Behemoth Released September 14, 2003 …   Wikipedia

  • Conjuration — Con ju*ra tion, n. [L. conjuratio, cf. F. conjuration.] 1. The act of calling or summoning by a sacred name, or in solemn manner; the act of binding by an oath; an earnest entreaty; adjuration. [1913 Webster] We charge you, in the name of God,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • conjuration — Conjuration, Adiuratio, Coniuratio, Exorcismus. Souspeçonner aucun d avoir fait une conjuration et trahison, In suspicionem coniurationis vocare aliquem. Faire brigues et conjurations pour tuer quelqu un, Coitiones inire de nece alicuius, B.… …   Thresor de la langue françoyse

  • Conjuration — Conjuration, eidliche Verbindung, Verschwörung; Conjurant, Verschwörer; conjuriren, verschwören …   Herders Conversations-Lexikon

  • conjuration — late 14c., coniuracioun, conspiracy (now obs.), also a calling upon something supernatural, from O.Fr. conjuracion spell, incantation, formula used in exorcism, from L. conjurationem (nom. conjuratio) a swearing together, conspiracy, noun of… …   Etymology dictionary

  • conjuration — [kän΄jə rā′shən] n. [ME conjuracioun < L conjuratio] 1. the act of conjuring; invocation 2. a magic spell; incantation 3. magic; sorcery 4. Archaic a solemn entreaty; adjuration …   English World dictionary

  • Conjuration — Conspiration Une conspiration (synonyme : complot, conjuration) est une entente secrète entre plusieurs personnes, en vue de renverser un pouvoir établi, ou une organisation en vue d attenter à la vie d une personne d autorité. Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • Conjuration — The word conjuration (from Latin conjure , conjurare , to swear together) can be interpreted in several different ways: as an invocation or evocation (the latter in the sense of binding by a vow); as an exorcism; or as an act of illusionism. The… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.